Être dyslexique

La dyslexie, tout le monde en parle. En 2001, le gouvernement présentait même un Plan d’Action pour les Enfants atteints d’un trouble spécifique du Langage.

Tour d’horizon du trouble spécifique qu’est la dyslexie.

Définition de la dyslexie

La dyslexie, ou trouble spécifique du langage écrit, se définit comme une difficulté durable d’apprentissage de la lecture et d’acquisition de son automatisme. Ceci chez des personnes d’intelligence normale. Ces personnes ne présentent par ailleurs aucun trouble sensoriel (visuel ou auditif) ou psychologique préexistant.

Manifestations cliniques de la dyslexie

La dyslexie peut être phonologique, lexicale ou visuo-attentionnelle. Selon cette nature, on peut observer les troubles mentionnés ci-dessous.

Troubles linguistiques

Il s’agit de difficultés durables dans l’apprentissage de la lecture et de l’orthographe. Ces difficultés sont principalement dues à des troubles phonologiques. On citera par exemple :

  • confusions phonétiques ;
  • inversions phonétiques et/ou syllabiques (ex : pavardage au lieu de bavardage) ;
  • lecture de texte hésitante et saccadée, difficulté à déchiffrer les mots complexes ou irréguliers (ex : femme, billard).

On constate également une dysorthographie (anomalies spécifiques de la mise à l’écrit). Elle se manifestant principalement :

  • par des découpages arbitraires (ex : il sé vade) ;
  • de nombreuses fautes d’orthographe (ex : anner au lieu de années, famme au lieu de femme …) ;
  • des erreurs de conjugaison et de grammaire.

Troubles méta-linguistiques

Difficultés dans la dénomination. C’est-à-dire dans la capacité à évoquer à un moment donné le mot correspondant à une image ou un symbole.

Troubles de la mémoire verbale

Difficultés dans la mémorisation à court terme des poésies, comptines…

Troubles de la latéralité

Difficultés dans la reconnaissance gauche-droite, et d’ordre spatial (mauvais repérage en géométrie).

Troubles de l’ordre temporel

Difficultés dans la perception et la reproduction de formes géométriques, pouvant entraîner une dysgraphie (graphisme malhabile).

Fréquence et sévérité des troubles dyslexiques

La dyslexie touche entre 6 à 8% des enfants scolarisés, soit 600 000 élèves (source Éducation Nationale). On estime alors que 5 % de la population adulte présente des troubles dyslexiques, soit plus d’un million de personnes.

Ces troubles peuvent être de sévérité variable. Mais il est dorénavant reconnu que la dyslexie (majeure voire moyenne) est l’une des principales causes d’échec scolaire et professionnel.

Ainsi, « La dyslexie développementale est un facteur d’illettrisme, et d’autre part elle contribue de façon significative aux difficultés d’insertion professionnelle des 16-25 ans » (Etude INSEE-1996).

Gamme d’outils d’aide aux personnes dyslexiques

Retrouvez dans notre boutique les outils sélectionnés par notre linguiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest