Évaluation de l’efficacité du traitement proprioceptif de la dyslexie

En 1979, un médecin portugais, Martins Da Cunhà, suggère que la dyslexie s’inscrirait en fait dans un cadre plus général, celui d’un « syndrome de déficience posturale », caractérisé par une altération de l’équilibre tonique, oculaire et postural. Le traitement de la dyslexie ne devrait donc pas se focaliser sur la rééducation du langage mais sur une prise en charge globale de la proprioception du sujet avec, notamment, le port de lunettes prismatiques, d’orthèses plantaires ou de petites surépaisseurs collées sur la face coronale des dents (alphs). Depuis, les hypothèses théoriques à l’origine du traitement proprioceptif ont évolué, les représentants de la profession évoquant désormais une dysperception proprioceptive. Des recherches se poursuivent sur le sujet, mais les mécanismes d’action évoqués restent à ce jour insuffisamment étayés par les études de recherche fondamentale.

Des études trop rares

Les rares études (n=4) ayant eu pour but d’évaluer l’efficacité du traitement proprioceptif de la dyslexie sont d’une qualité méthodologique insuffisante pour pouvoir conclure. Des difficultés d’observance ont été soulignées (dans 10 à 75% des cas selon les composantes du traitement).

Sur le plan de la sécurité, les données disponibles semblent rassurantes. Il faut toutefois noter que le traitement a été associé à un accroissement du retard de lecture dans environ 10% des cas. Cette augmentation du retard est difficile à interpréter, mais elle doit inciter à la prudence, d’autant plus que les patients sont le plus souvent mineurs et que leur consentement au soin est délicat à récolter. 3 Sur le plan des perspectives d’évaluation, tout reste à faire ou presque : clarifier la définition des concepts utilisés, valider les outils de mesure, construire des schémas d’étude permettant de distinguer les effets spécifiques (ces effets spécifiques étant revendiqués) des effets non spécifiques de la prise en charge (l’implication familiale, facteur clé exigé par la méthode, le temps de prise en charge, la prise en charge pluriprofessionnelle, les conseils prodigués etc).. La tâche est ardue. Mais elle n’est pas impossible.

Ces challenges concernent également la rééducation orthophonique, puisque le concept même de dyslexie est actuellement discuté dans la littérature internationale et les méthodes traditionnelles de rééducation encore insuffisamment évaluées.

Une évaluation destinée aux professionnels

La revue téléchargeable à cette adresse présente une synthèse des informations relatives à l’évaluation de l’efficacité du traitement proprioceptif de la dyslexie. Ces informations sont tirées soit de la littérature médicale scientifique nationale et internationale soit de la littérature spécialisée destinée aux professionnels. Ce corpus est ensuite analysé et critiqué par deux experts spécialisés dans l’évaluation des thérapies. Le document se termine par une conclusion.

Source : https://www.inserm.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest