Les solutions pour combattre la dyslexie

Votre enfant a des difficultés de lecture. Le diagnostic vient d’être posé : il est dyslexique. Pour l’aider à lire et à se sentir mieux dans sa vie, ce trouble de l’apprentissage mérite d’être rapidement pris en charge.

Explications

La dyslexie est un trouble de l’apprentissage durable qui affecte la lecture. Bien souvent, elle complique la scolarité et le quotidien de l’enfant. 

« Celui-ci confond des mots qui se ressemblent, peut inverser les consonnes, les syllabes et/ou peiner à mémoriser la forme de certains mots »

Cécile Zamorano, orthophoniste à Castelnau-le-Lez (Hérault) et auteure

Il faut attendre la fin du CE1 pour pouvoir poser un diagnostic. Celui-ci se fait grâce à un bilan pluridisciplinaire (psychologique, Orl, visuel, orthophonique…). Il permet aussi de savoir si d’autres troubles, notamment « dys », sont associés. Une rééducation chez l’orthophoniste – et chez d’autres spécialistes, si besoin – est ensuite mise en place pour améliorer les capacités de lecture de l’enfant.

L’orthophoniste l’aide à revoir les bases du code alphabétique, à identifier les phonèmes et graphèmes pour bien les déchiffrer.

Il peut aussi être un bon relais auprès de l’école et de la Maison départementale des personnes handicapées (Mdph), afin d’obtenir des aménagements : tiers temps pour les examens, présence d’un accompagnant des élèves en situation de handicap (Aesh), relecture des consignes pour les épreuves…

Cécile Zamorano

Épargner de la souffrance à son enfant

La dyslexie peut aussi avoir des répercussions psychologiques. L’enfant peut être stressé à l’idée de lire devant la classe, craindre le regard des autres, cultiver une mauvaise estime de lui, se montrer irritable, s’isoler… Un soutien psychologique est donc parfois proposé.

Au quotidien, il importe de veiller à ses paroles et de tenir compte de ses difficultés pour lui épargner de la souffrance. Proposez-lui une activité extrascolaire. Il trouvera un terrain d’expression qui lui permettra de se défouler, de penser à autre chose et pourquoi pas, de s’illustrer !

Enfin, les enfants qui souffrent de troubles de l’apprentissage peuvent rencontrer des problèmes digestifs. C’est ce qu’on appelle le « syndrome entéropsychologique ». Limitez donc les apports en caséine (protéine de lait) et en gluten, mal tolérés par leur organisme, et maintenez une alimentation saine et équilibrée. Bien accompagné, votre enfant saura mieux surmonter ses difficultés.

Source : www.caf.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest