Trouble développemental de la coordination ou dyspraxie

Cette expertise est téléchargeable en format PDF, et présente une synthèse et des recommandations concernant les troubles dyspraxiques.

Le trouble développemental de la coordination (TDC), ou dyspraxie, est un trouble fréquent qui repose sur des diagnostics indiquant la présence chez l’enfant d’un trouble développemental se manifestant principalement dans des habiletés gestuelles, et se traduisant souvent par des difficultés d’apprentissage à l’école ainsi que par des limitations dans d’autres activités de la vie quotidienne que ce soit à la maison ou par exemple dans les activités extra scolaires sportives ou manuelles (la personne est jugée lente, maladroite, peu habile).

Les terminologies « TDC » et « dyspraxie » recouvrent une grande hétérogénéité (en termes de sévérité mais aussi de forme du trouble), tant au niveau des déficiences et compétences fonctionnelles que des répercussions sur les activités et la participation. À cette hétérogénéité s’ajoutent des associations fréquentes avec d’autres troubles, comme le trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H), les troubles des apprentissages (dysgraphie, dyscalculie, dyslexie, dysorthographie), les troubles du langage…

À partir de cette complexité, l’enjeu est d’établir pour chaque individu une prise en charge (sanitaire, médicale) et un accompagnement (éducatif, social…) personnalisés et performants. Ce qui suppose notamment un diagnostic précis et un parcours de santé adapté pour favoriser l’autonomie, l’inclusion et la qualité de vie de ces personnes.

Les connaissances scientifiques sur le TDC ou la dyspraxie sont en pleine expansion et apportent de précieuses informations pour mieux comprendre ce trouble. Elles restent néanmoins encore limitées, souffrant de certaines faiblesses méthodologiques, et apparaissent lacunaires sur divers enjeux posés par ce trouble. Le terme de « dyspraxie », plus précisément « dyspraxie de développement », n’apparaissant plus dans les classifications internationales, nous privilégierons, tout au long de l’expertise, l’usage du terme « TDC », reconnu internationalement et plus fréquemment employé dans les articles identifiés.

Précisons que ce choix renvoie à un usage scientifique alors que l’utilisation du terme « dyspraxie » renvoie à un usage majoritairement dans le champ social (professionnels de santé, associations de familles…).

L’objectif principal de cette expertise, réalisée à la demande de la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), est de réunir et d’analyser les connaissances issues des recherches internationales et pluridisciplinaires sur le TDC afin d’émettre des recommandations d’actions et de recherches qui pourront contribuer à l’amélioration de l’accompagnement des personnes concernées, dans la perspective d’une meilleure prise en charge, scolarisation, participation sociale et d’un meilleur bien-être de ces personnes et de leur entourage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest